top of page
milonga.jpg

LA MILONGA

Petit guide pratique.

A lire, à relire et à méditer ...

 

 

AVANT PROPOS : 

 

Ce guide est un recueil issu des expériences vécues durant les milongas par mes amis danseurs et moi. Il est aussi le fruit d'une réflexion personnelle et de discussions passionnées.

Il aide à la compréhension des relations humaines entre danseurs afin que la milonga soit vécue par tous comme un moment de plaisir.  

Si certains points abordés vous semblent évidents voire infantiles, ils ont été rapportés par des participants.  

Je suis parti du postulat que ce sont les hommes qui invitent et guident les femmes car c’est ce qui se fait de plus courant. Cependant de plus en plus les rôles s’inversent et se mélangent. Ce qui est donc écrit pour un genre, peut être aussi valable pour l’autre. 

 

Vous pouvez partager votre expérience, et laisser vos commentaires en utilisant le formulaire de la page “Contact”.

______________________

 

 

  • La Milonga est un bal où on danse le tango argentin, la valse argentine et la milonga (danse plus rapide sur 2 temps).
    La milonga a donc un double sens : c’est le bal ou la danse.

 

Quelques généralités : Une milonga dure de 4h à 6h, et jusqu'à 10h ou plus dans les grands festivals et les marathons de tango. 

Les prix d'entrée varient de 5€ à 12€, jusqu'à 25€ ou plus en fonction du caractère exceptionnel de la milonga ou lorsqu'il y a des orchestres avec démonstrations de maestros, que le repas est compris etc. 

Elles se démarquent par leur salle de danse plus ou moins atypique : ancienne cave à vin, péniche, salle de château, salle de restaurant, musée, halles, place de village, théâtre etc. ainsi que par la qualité du sol : carrelage, mélaminé ou véritable parquet bois. La renommé du DJ et le style de musique sont des critères importants. Il peut y avoir plusieurs salles avec des ambiances différentes, tangos traditionnels et alternatifs/nuevos. Certaines proposent des auberges espagnoles, d'autres offrent boissons et collations.

L'organisation d'une milonga demande un gros travail de préparation pour la mise en place de la salle, de la sonorisation, de l'éclairage, de la décoration, pour la programmation musicale, éventuellement pour l'installation d'un parquet bois démontable ... puis pour le rangement et nettoyage en fin de soirée. 

  • Une tanda est une série de 3 tangos ou 3 valses ou 3 milongas regroupés de façon cohérente. Parfois il y a des tandas de 4 morceaux.

 

  • La cortina (le rideau) est la petite musique qui sépare les tandas entre elles.

 

La Milonga est constitué d’une succession de tandas et de cortinas. 

 

Quand la tanda commence, les cavaliers invitent les danseuses. A la cortina, les cavaliers les plus courtois raccompagnent leur partenaire à leur place et la piste se vide jusqu'à la tanda suivante.

 

Pour les puristes, le moment où la piste se vide permet au plancher en bois de se régénérer, de respirer, de se vider de ses énergies, avant d'accueillir de nouveaux danseurs.

Si un orchestre anime la soirée, il est de coutume de ne pas danser sur le premier morceau joué. Les musiciens jouent généralement deux sets de 30 à 45 minutes chacun. Les tandas ne sont pas toujours marquées. Un DJ anime le reste de la soirée. 

  • Un Encuentro (une rencontre), est comme une milonga, à la différence que la participation n’est que sur invitation ou recommandation, et à la condition d’avoir un bon niveau de danse. La parité est respectée, le nombre de participants est limité. Le tango dansé est dit milonguero, c’est à dire dans le plus pur style traditionnel argentin. Pas de figures complexes, les pieds restent au sol durant la danse. Les codes du bal sont scrupuleusement respectés, la musique est traditionnelle.

Quelques codes à connaître. 

 

  • Le bal se déplace dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

  • On danse sur la ligne à la périphérie de la piste. Quand la ligne est saturée, une nouvelle ligne concentrique plus petite se crée, etc.

  • En entrant sur la piste, chercher du regard l'acquiescement du cavalier devant lequel on s'apprête à danser pour être certain qu'il nous a bien vu. 

  • Eviter de changer de ligne de danse, de faire des queues de poisson. Attention aux pas arrières.

  • Eviter de doubler par la droite un couple qui n’avancerait pas. Ne pas freiner la vitesse de déplacement du bal.

  • Ne pas faire d’extravagances pour ne pas gêner et bousculer les couples autour. Sinon danser au milieu de la piste.

  • Il est très mal venu de ne pas finir une tanda qui a été commencée. 

  • Ce sont généralement les hommes qui invitent les dames.

  • Porter des chaussures de danse est indispensable si le sol est en parquet bois.

QUESTION :  “Puis-je refuser une invitation ?” 

 

S'il est difficile de rejeter une invitation, vous pouvez néanmoins la décliner :

  • Pour des raisons personnelles, vous n'avez pas envie de danser avec cette personne.

  • Pour des raisons liées à votre état du moment : vous discutez, vous êtes fatiguée, vous avez des douleurs corporelles ...

  • Vous n'êtes pas inspirée par la musique ou vous estimez ne pas danser suffisamment bien la milonga, la valse pour laquelle on vous invite.

 

Vous pouvez dire simplement : "Non merci" ou donner la raison de votre refus. Mais si vous mentez... 

Attention, l'égo du cavalier peut le conduire à ne plus vous inviter. Exprimez donc votre refus avec courtoisie ou laissez lui l'opportunité de vous inviter plus tard dans la soirée. 

 

 QUESTION : “ La tanda ne se déroule pas bien, que puis-je faire ?”

Il arrive qu’un cavalier ait un guidage qui vous malmène. 

Pour différentes raisons vous souhaitez ne pas finir la tanda.

Exprimez votre gène. Si cela ne s’arrange pas, vous pouvez le remercier poliment. 

En prenant conscience de son problème, vous lui offrez l'opportunité de se corriger.

QUESTION : “ Les dames peuvent-elles inviter un cavalier ? ”

 

Des dames prennent l'initiative d'inviter, mais attention, le cavalier peut décliner 

votre invitation pour différentes raisons :

  • Il ne vous connaît pas.

  • Il a déjà dansé avec vous par ailleurs et ne souhaite pas renouveler l’expérience.

  • Il ne souhaite pas danser avec une personne qui n'a pas un niveau suffisant selon ses critères.

  • Il a ses cavalières habituelles.

  • Il y a dans la salle de très bonnes danseuses avec lesquelles il espère danser.

  • Une soirée passe vite. Il souhaite "économiser son temps et son énergie" pour les danseuses qu'il convoite.

  • Autres raisons personnelles : convention, attirance physique ...

Si le cavalier accepte à regret votre invitation, il n’exprimera pas tout son potentiel. Il risque de s’ennuyer et vous aussi.

Mais il peut être très agréablement surpris par votre tango et découvrir en vous une danseuse qui réponde à ses inspirations.

IMPORTANT : Sachez qu’en Argentine et dans quelques milongas, le principe d’invitation est différent. 

Les personnes qui souhaitent danser entre elles s'invitent du regard. C’est la “mirada”, le regard, avec approbation ou pas d'un hochement de tête, "el cabeceo". 

Après acquiescement mutuel, le cavalier se lève pour inviter la dame. Dans ce cas, le tango est bien différent car chacun a émis le souhait de danser avec l’autre. Cela facilite beaucoup la danse et la relation avec son partenaire. Les refus sont discrets sans risquer de vous mettre mal à l'aise. Éviter le contact visuel est une façon pratique de refuser une invitation sans avoir à vraiment dire non ou donner un prétexte. Inconvénient : suivant le contexte il peut être très difficile de trouver quelqu'un du regard. 

Cette façon d'inviter est pratiquée dans les grandes milongas et celles d'un certain standing. Dans les milongas plus populaires où quand les gens se connaissent, la mirada est moins usitée.

Certaines très bonnes danseuses refusent systématiquement une invitation directe et si elles ne vous connaissent pas ou ne vous ont pas déjà remarqué.

QUESTION : Je suis une dame, “Comment inviter un cavalier ?”

Il arrive fréquemment que les dames invitent des cavaliers.

Quelques conseils : 

Invitez de préférence des personnes de votre niveau ou d’un niveau inférieur, quelqu’un que vous connaissez bien ou qui a auparavant apprécié de danser avec vous.

N’invitez pas aveuglément un danseur d’un niveau supérieur au votre pour votre plaisir personnel. Certes il pourra accepter l'invitation par politesse, mais sans grand intérêt pour vous et le tango.

QUESTION : “Pourquoi ne suis-je pas invitée ?”

 

Il est douloureux pour une dame de rester assise toute une soirée.

Cependant ne vous découragez pas. 

 

Quelques éléments de réponse :

 

  • L'alchimie du lieu et du moment ne vous est pas favorable. Il arrive que de très bonnes danseuses ne soient pas invitées. 

  • Personne ne vous connaît et ici les gens dansent essentiellement entre eux. 

  • Personne ne vous a remarquée car vous n’avez pas encore dansé. 

  • Les cavaliers trouvent que vous n’avez pas un niveau suffisant. 

  • Vous êtes assise au "dernier rang" et personne ne vous remarque. 

  • Vous dansez toujours avec la même personne.

  • Vous discutez avec votre voisin(e).

  • Vous n’êtes pas ouverte vers le bal et les gens qui sont autour de vous, vous êtes renfrognée.  

  • Plus surprenant, vous êtes une trop bonne danseuse et les cavaliers n'osent pas vous inviter. 

 

Suggestion pour les danseurs : durant la milonga, consacrez au moins une tanda à une personne qui est peu invitée. 

QUESTION : “Comment être davantage invitée ?”

 

Des éléments de réponse sont donnés à la question précédente.

 

Il est bien de se déplacer aux milongas avec des amis qui vous feront danser pour que vous soyez remarquée.

 

Montrez-vous, soyez ouverte et tournée vers les autres, souriez, discutez, liez connaissance. 

 

Ne vous contentez pas de quelques cours de tango qui vous ont donné le niveau minimum pour fréquenter les milongas. Beaucoup de danseuses pensent très bien danser, mais font preuve de nombreuses lacunes techniques. 

Sortez du lot. Continuez à vous perfectionner avec des cours collectifs ou particuliers, des stages. La progression est infinie, le gain de plaisir aussi.

 

Remarque : en progressant, le champ des partenaires se restreint. Les maestros n’ont plus qu’un partenaire régulier. 

QUESTION : “Puis-je inviter plusieurs fois la même personne durant la soirée ?”

 

Généralement, on n’invite qu’une fois, pour permettre à tout le monde de pouvoir danser avec tout le monde. Cependant, si vous sentez que le plaisir était partagé, vous pouvez inviter plusieurs fois la même personne.  

QUESTION : “Puis-je inviter les maestros ou des professeurs présents dans la salle ?”

 

Après les démonstrations et les stages, les maestros se retrouvent souvent entre eux, leurs proches et les organisateurs autour d'un verre ou d'un repas dans l'espace de la milonga. Suite à cela, ils sont plus détendus et plus accessibles pour être invités. Souvent ils refusent l'invitation s’ils ne vous connaissent pas. Mais parfois ils acceptent. Il arrive aussi que des maestros (homme ou femme) invitent d'eux même après qu'ils aient fait leur démonstration de gala.

Messieurs, si vous avez la chance de danser avec une maestra, faites preuve de la plus grande douceur. Elles ont l'habitude d'un guidage subtil et doux. Attention aux excès de zèle car on se prend facilement au jeu de vouloir essayer des figures qui "passent difficilement" avec d'autres danseuses et qu'on ne maîtrise pas bien.

Si les dames ont la chance d'être invitées, le plus gros écueil est la crispation due à l'émotion et la peur de se tromper. Mesdames, soyez certaines qu'un maestro saura s'adapter à votre niveau et vous mettre en confiance. Le mieux est donc de se détendre et de profiter pleinement de l'instant présent.

QUESTION : je suis une dame. “Pourquoi un cavalier m’invite moi plutôt qu’une autre ?”

 

C’est une question qu’il est intéressant de se poser, car les causes sont nombreuses et parfois surprenantes.

Quelques éléments de réponse :

 

  • Vous êtes une très bonne danseuse.

  • Vous êtes débutante. Le cavalier débutant ou avancé, souhaite danser avec une personne de votre niveau.

  • Personne ne vous connaît, un cavalier habitué du lieu souhaite découvrir une nouvelle personne.

  • Le cavalier est un ami, votre partenaire de danse ou une personne de votre cours.

  • Un cavalier a suggéré à un autre de vous inviter. Vous avez très bonne réputation.

  • Vous avez un physique qui l'attire.

  • Un cavalier souhaite vous approcher pour vous courtiser, plus au moins élégamment.

  • Toutes les dames ou presque ont déjà été invitées.

  • Vous dansez très peu. Le cavalier par altruisme souhaite vous faire danser.

Au tango comme ailleurs, il y a des hommes aux intentions douteuses. Heureusement le monde du tango est petit et la réputation est vite faite.

QUESTION : "Et la jalousie ?"

Vous ou votre conjoint êtes jaloux : attention, une attitude trop suggestive ou un discours dithyrambique sur un tel ou une telle exacerbe la jalousie et peut devenir une source de conflit entre vous. Faire preuve de réserve est donc une sage attitude. On pourra vous reprocher aussi d'avoir dansé plusieurs tandas avec la même personne.

Le tango argentin met les couples fragiles à rude épreuve. La confiance en vous et en l'autre devront être solide.  

NOTION DE BULLE D’INTIMITÉ

 

 

C’est un espace physique, une distance de sécurité autour de vous. Quand une personne entre dans cette bulle, cela génère en nous une sensation, un ressenti, une émotion, agréable ou désagréable, avec toutes les nuances.

 

La taille de la bulle est variable en fonction de chacun d'entre nous, mais surtout en fonction de la personne extérieure qui pénètre dans notre espace.

Si l’autre est un terroriste armé, la bulle sera grande. Si c’est un proche parent, elle est petite, et nous pouvons même nous prendre dans les bras avec plaisir. 

Au tango, un “étranger” entre dans votre bulle d'intimité et vous entrez dans la sienne. Si vous êtes tous les deux disposés, les conditions sont réunies pour bien danser. 

 

Si un des deux partenaire ne souhaite pas que l'autre entre dans sa bulle, il se crée comme une protection, une glace invisible entre eux. L'abrazo manque de chaleur, la connexion entre les danseurs est insuffisante, le tango est terne, l'émotion est absente.  

Messieurs, attention à l'abrazo qui étreint fermement la danseuse contre vous. Laissez plutôt votre danseuse se rapprocher si elle le souhaite. 

QUESTION : Messieurs, “ Et si la danseuse ne veut pas entrer dans votre bulle ? “ 

 

A priori vous n'en savez rien. Elle pourrait décliner votre invitation.

Si elle accepte, se souvenir que la danseuse vous perçoit avec ses cinq sens et sa sensibilité.

Votre partenaire, homme ou femme, vous prend dans ses bras et vous permet d'entrer dans sa bulle.

C’est un acte fort qui engage chacun à une forme de respect.

Mesdames, messieurs, 

 

  • Quelques mots courtois sont les bienvenus. Une manifestation d’intérêt, un compliment à la fin de la tanda.

  • Ayez une présentation de circonstance.

  • Soyez agréable au touché. Des mains douces et sèches. Une barbe qui ne soit pas un abrasif.

  • Prévoyez un vêtement de rechange ou des lingettes si vous transpirez beaucoup.
    Certains cavaliers n’aiment pas que leur vêtement soit en contact direct avec les aisselles nues de leur partenaire. 

  • Attention aux odeurs : transpiration, tabac, cuisine, mauvais haleine, parfum excessif...
    Dans les grandes milongas, ils y a des buvettes où l'on peut se désaltérer avec bière, champagne, verre de vin ... Les odeurs d'alcool peuvent être désagréables pour les personnes avec lesquelles vous dansez, surtout si elles ne boivent pas d'alcool. Il y a généralement des bonbons à la menthe pour palier ce genre de désagrément.

  • Dans l’invisible il se passe aussi des choses. Soyez donc psychologiquement ouvert, rempli de bienveillance et d’énergie positive.

  • Si malgré tout l'alchimie ne se fait pas, n’insistons pas, l’invisible en a décidé autrement. 

 

Si tout cela semble être des évidences pour vous, elles sont bonnes à rappeler pour certains.  

L’un sans l’autre nous ne sommes rien. Sans l’autre, impossible de danser à deux. 

Considérons comme un honneur : 

  • pour une cavalière d’être invitée,

  • pour un cavalier de voir son invitation acceptée.

 LE RÔLE DE CHACUN

Le cavalier : 

 

Il est très difficile de guider correctement. Cela nécessite des années d’apprentissage et de pratique.

Le cavalier doit avoir une conscience corporelle suffisante, réaliser les enchaînements appris, tout en guidant sa partenaire qui a elle-même ses difficultés et qui le gène parfois dans sa progression. Il doit aussi gérer le bal et les autres couples, le tout en s’inspirant de la musique. 

Cela demande un gros effort d’apprentissage et une grande implication durant la danse. Il est important que la danseuse prenne tout cela en considération. 

 

N'invitez pas pendant la cortina, attendez le début de la tanda, la musique doit vous inspirer.

Lorsque la tanda commence, certains hommes se précipitent pour inviter les danseuses qu’ils convoitent. Ce comportement peu élégant, ne respecte pas ceux qui souhaitent pratiquer la mirada pour l'invitation.
 

Le cavalier doit mettre sa partenaire en confiance, en proposant des enchaînements d’abord simples puis plus complexes au gré de la tanda, sans jamais la mettre en difficulté.
 

La millonga n’est pas faite pour essayer des enchaînements que l’on ne maîtrise pas, surtout lorsqu'on ne connait pas sa partenaire. Il y a pour cela les cours et les pratiques. 

 

Les danseuses avancées sont parfois fatiguées d’être malmenées par des danseurs peu attentionnés. Elles apprécieront d'autant plus des pas simples correctement réalisés sur la musique, où elles pourront se détendre. 

 

Soyez créatif dans votre tango, jouez avec la musique. J’entends souvent : “il danse bien, mais il fait toujours la même chose. Au troisième tango je sais exactement ce qu’il va faire”. 

 

Mettez en valeur votre danseuse pour lui permettre d’exprimer sa féminité.

 

Vous pouvez inviter pour le deuxième tango de la tanda. Inviter pour le dernier laisse à interprétation. Si le cas se présente malgré tout, proposez la tanda suivante. 

 

Vous souhaitez inviter une dame qui est là en couple. Si vous cherchez de la part du conjoint son approbation, il pourra être flatté de cette attention. Cependant des dames revendiquent de pouvoir être invitée librement, sans la permission de quiconque. 

Aussi, il y a des couples qui préfèrent ne danser qu’entre eux. 

 

Dans l'abrazo du tango, il y des femmes qui vous enlacent de façon extrêmement sensuelle car c'est leur façon de danser. Cette attitude très suggestive peut décontenancer. Cependant n’imaginez pas qu’elles ont des vues sur vous. Observer leurs attitudes avec les autres danseurs aide à lever toute ambiguïté.  

 

IMPORTANT : Pour le cavalier, l'intention est de donner du plaisir à sa partenaire. Si le couple danse en harmonie, le cavalier ressent à son tour le plaisir donné qui lui revient alors comme un boomerang.

La cavalière :

 

Elle a aussi suivi un apprentissage pour devenir une danseuse confirmée. Elle s’applique à faciliter la danse de son partenaire sans jamais être physiquement un poids pour lui. C’est essentiellement elle qui met de la grâce et de l'élégance dans la danse.

Si vous avez passé un agréable moment, faites le savoir à votre cavalier. Quittez le avec un mot gentil ou un sourire. Pensez qu’il s’est investi du mieux qu'il pouvait. Cela l’encouragera et lui donnera confiance.

 

Si vous dansez avec une personne qui est manifestement d’un niveau inférieur au votre, profitez-en pour vous concentrer sur votre technique et rendre le cavalier “dansant”. Il y a toujours "quelque chose à travailler" même avec un débutant.

 

Vous êtes débutante, ne l’annoncez pas d’entrée de jeu comme pour vous dédouaner de futures erreurs éventuelles. Ne vous dévalorisez pas. Dansez sans peur de vous tromper, ayez confiance en vous, profitez de l’instant présent. Un danseur confirmé aura évalué votre niveau après seulement quelques pas et saura s'adapter à vos erreurs.

J'ai demandé un jour à un maestro avec qui je déjeunais : "Quand tu fais des démonstrations, est-ce que parfois ta partenaire se trompe ?".  La réponse : "Toujours".

Des danseuses se collent contre la poitrine de leur partenaire pour danser de façon "milonguero". Certains hommes peuvent être gênés car ils ne souhaitent pas que vous entriez dans leur bulle d'intimité. D'autres peuvent être profondément dérangés d'une telle proximité, surtout s'ils sont débutants. Agissez donc avec tact. Evidemment, certains y éprouveront beaucoup de plaisir. 

 

Ne fixez pas du regard un cavalier de façon trop appuyée et insistante pour l'inviter. Cela rend mal à l’aise. Si vous constatez qu’il a regardé dans votre direction, sans plus, c’est que le cavalier ne souhaite pas danser avec vous. Peut-être vous invitera-t'il plus tard dans la soirée. 

______________________

 

Que vous soyez guideur ou guidé(e), évitez les remarques négatives sur la qualité de danse de votre partenaire. Une milonga n’est pas le moment opportun pour des critiques malvenues ou pour prodiguer des conseils qui pourraient agacer.

Pendant les moments de pause, profitez-en pour apprendre en regardant les couples qui vous inspirent.

 

A savoir : il y a des milongas où les habitués du lieu ne dansent qu'entre eux. De même quand certains groupes d'amis se déplacent dans une milonga, ils n'invitent pas ou très peu les autres personnes. 

Il y a des personnes débutantes dans la milonga ! C'est une grande chance, une source de richesse et de renouveau pour le tango. Les débutants d'aujourd'hui sont les danseurs avancés de demain. Merci à eux pour leur présence. 

Une expérience à vivre !

S'il peut y avoir quelques déconvenues, la milonga reste une expérience personnelle des plus enrichissante. Elle participe à notre épanouissement et à notre culture du monde du tango. C'est un moment de plaisir, de partage, de rencontre. Une des finalités de l'apprentissage.

 LE MEILLEUR POUR LA FIN. 

 

 

 

Si vous voulez connaître ce qu’il y a de plus sublime dans le tango argentin, alors soyez attentif à ce qui suit :

 

Quand vous dansez, exprimez-vous pleinement de tout votre être. Enlacez-vous et dansez avec votre coeur, l’esprit ouvert. 

Pas de geste barrière. Laissez tomber la garde, brisez la glace qui vous sépare de l’autre, oubliez les tabous, les aprioris, les gênes et les peurs. Sortez de votre carapace, offrez-vous à l’autre dans votre intimité. Impliquez-vous, investissez-vous, donnez de votre personne.

 

Si toutes les conditions sont réunies, si la musique vous inspire, si votre danse est fluide, si la connexion entre vous est parfaite, il y aura interpénétration et vous vous sentirez en osmose totale avec votre partenaire.  

 

Vous vivrez alors une expérience sublime. C’est comme une fusion totale ... c’est magique !

 

Ces moments rares et précieux peuvent se produire avec des personnes inconnues, sur lesquelles nous n’avons fait aucune projection. Mais aussi avec des partenaires réguliers avec lesquels la magie peut s'opérer à un instant donné, pour des raisons qui nous échappent.

 

Quand on y a gouté, on cherche à revivre ces moments. Peut-être à tord, car il n’y aura toujours qu’une seule première fois. 

 

Néanmoins, danser avec son coeur en donnant à l’autre toute l’attention, le respect et la gratitude qu’il mérite, doit rester notre ligne de conduite.

Enfin,

Le tango, ce n’est ni des pas désordonnés, ni des figures, ni de la gymnastique. 

 

Danser le tango argentin, c’est laisser la musique nous inspirer. C’est être ému(e) par l’abrazo chaleureuse de notre partenaire. Alors nait dans notre coeur les émotions que nous exprimons par des pas de danse. 

 

Le pas de tango, c’est la dernière chose à faire.

 

Un maestro a dit : “Le tango c’est ce qu’il y a entre les pas”.

Merci pour votre lecture.

      

      Franck.

bottom of page